A compter du 1er janvier, les films français devront contenir au moins 5 fruits et légumes

« Nous ne céderons pas face aux pressions du lobby carniste », a déclaré la ministre de la santé ce matin en conférence de presse. A compter du 1er janvier 2018, chaque film français devra contenir au minimum cinq fruits et légumes. Ce décret-loi vient compléter l’interdiction du tabagisme dans les films.

Déterminée à aller a bout de sa réforme, Agnès Buzyn s’est toutefois montrée rassurante : « Il s’agit là d’un enjeu de santé publique et non d’une atteinte à la liberté de création. Garantir la vraie liberté de création, tient-elle à rappeler, c’est protéger par la loi l’indépendance des artistes contre les pressions des lobbys du tabac, de la viande, de la drogue, de l’alcool, du sucre, du gluten, de la graisse, des produits chimiques, du sexisme, du racisme, de l’intolérance, de la voiture, de la violence, des armes, la pornographie et des produits laitiers. »