À Saint-Martin, l’aide tarde à venir

À Saint-Martin, 90% des bâtiments ont été détruits ou endommagés suite au passage du cyclone « Irma ». Alors qui va payer la facture? En première ligne, les blancs de métropole. 1,2 milliard d’euros devraient être débloqués pour venir en aide aux plus démunis.

 Hugo, un père de famille de 34 ans et de sept enfants, a vu ses deux résidences complètement détruites par le cyclone.

« Ce cyclone-là ça est véritable aubaine pour nous. Les p’tits blancs là-ça, ça va nous reconstruire deux maisons là où on avait qu’un empilement de tôles. Si les cyclones comme ça ça pouvait passer plus souvent, nous qu’à être riches là-ça, en plus avec tous ces pillages j’ai beaucoup plus de matériel électronique à revendre maintenant. »

 L’État mettra la main à la poche via son fonds de secours à l’Outre-mer, pour venir en aide à tous ceux qui ne s’étaient pas assurés.

 « Cette aide là-ça c’est juste. Les cyclones, ça est pas habituel pou la wégion, on pouvait pas savoir, comment s’assuwer ? Et pis 5 euwos par mois c’est le prix de l’assuwance, c’est twop ché pou nous ça ! » affirme Thimothé, assis devant sa box SFR qui, à cause des dégâts de l’ouragan, n’affiche plus que la moitié des chaînes dont il est l’abonné.

 Les fonds serviront aussi à financer les biens publics non assurables, comme les routes, les ponts, les réseaux d’assainissement ou les réseaux électriques, et les terrains de baskets. L’État prévoit de doubler les montants des fonds, pour les porter à 2 milliards d’euros et pouvoir ainsi élargir son aide à l’île de Haiti, qui a elle aussi subi les dégâts du cyclone. Une aide qui là-bas fait aussi monter le mécontentement, car elle tarde à se déployer…