Bus de migrants brûlés en Italie : les réfugiés infiltrés par l’extrême-droite ?

« Les réfugiés ont très certainement été infiltrés par l’extrême-droite » affirme le maire de Rome. Une extrême droite extrêmement virulente qui, outre qu’elle nous rappelle une enième fois les heures les plus sombres de notre histoire, incendie régulièrement les bus à Rome.

Car comment expliqué que chaque année, les trois quart des bus assignés spécifiquement aux réfugiés, prennent feu ?

Heureusement, il n’y jamais aucun mort – un indice qui révèle à la police italienne qu’il s’agit bien de l’extrême droite, qui brûle les bus de la ville pour empoisonner la vie des migrants – lesquels ont de fréquents déplacements, de leurs centres aux différents locaux de services sociaux, mais aussi vers les piscines et saunas du centre-ville et les lieux touristiques. Avant l’arrivée de ces pauvres gens, les bus ne brûlaient que rarement à Rome.