Des féministes frappées à coups de marteau au cri de “tu dessers ta cause, sale pute !”

Des groupes féministes organisaient jeudi dernier à Lyon une marche contre les violences gynécologiques et obstétricales, quand elles ont été pris à parti par des membres de Jeune Génération, un groupuscule d’extrême droite ultra-violent.
“Sale traînée, c’est comme ça que tu crois défendre la cause féministe ?” le premier coup de marteau s’abat sur une militante, qui s’effondre au sol. “Grosse pute, les suffragettes, les vraies féministes, elles auraient honte de toi !” un deuxième coup de marteau, puis un troisième, un quatrième… “Les violences obstétricales ne sont pas une souffrance que pour les mères ! Vous ne parlez jamais de la souffrance des pères !” les manifestantes sont très vite recouvertes de leur sang, et sauvées in extremis par les CRS. “Vous desservez la cause féministe, c’est dégueulasse ! Vous devriez avoir honte !! C’est pas ça le vrai féminisme !” lance une dernière fois un des militants d’extrême droite à ses victimes, avant d’être arrêté par la police.

Le groupe Jeune Génération fait un appel au don pour libérer ses militants, injustement détenus “par la police antiféministe complice du grand capital”, et a déjà récolté plus de 85 000 euros sur les 120 000 réclamés pour la caution.

Jeune Génération, un nouveau groupuscule nationaliste répandant la haine de l’Autre

Jeune Génération, c’est un groupe qui se définit comme “pas du tout raciste” et “révolutionnaire conservateur”. Ils se revendiquent des penseurs de l’ultra-droite comme Eric Zemmour et Alain Finkielkraut, les citant à plusieurs reprise dans leur manifeste et sur leurs banderoles quand ils montent sur les CAF et les minarets. Pourquoi montent-ils sur les toits des bâtiments ? Pour dénoncer l’islamisation et réclamer davantage de service public ainsi que l’expulsion immédiate et sans concession de tous les djihadistes radicaux multi-récidivistes possédant la double nationalité et s’étant rendus coupables d’au moins 3 crimes contre les animaux et les personnes âgées.

Dans une vidéo vue 5000 fois sur le compte youtube de leur association, ils “déclarent la guerre” à la liberté sexuelle, à mai 68 et à “toute personne qui desservirait la cause féministe”. Contactés par un de nos journalistes, ils nient tout lien avec le Rassemblement National, et seraient “un groupe totalement indépendant et apolitique, sans gros financier ni parti politique derrière”.