Les économistes découvrent que la plupart des métiers ne servent à rien

Les économistes du centre franco-allemand du Pas-de-Calais ont découvert hier, en utilisant un modèle d’équilibre dynamique général à pas moins de 57 256 variables, qui modélise plus en détail le secteur de production que les modèles du même type précédent, que 80% des métiers de la société actuelle ne servent strictement à rien, contre seulement 5% dans les années 50.

« Le modèle est formel. On a mis les variables correspondantes à 0, ce qui indique la fin de toute activité pour les métiers concernés. On a ensuite compensé les pertes salariales par des versements directs du gouvernement aux agents économiques qui dans le scénario de base exercent ces métiers. On obtient le même PIB en sortie, avec, en prime, plus de temps libre pour les employés concernés. »

Les métiers inutiles concernaient essentiellement des métiers de bureau : ministère, gouvernement, mais aussi les banques et leurs économistes, le secteur privé dans les services, les médias.

François Fillon a dit qu’il avait compris l’idée avant tout le monde, et que c’est pour cela qu’il ne forçait jamais sa femme à aller travailler, et a annoncé la suppression de 250 000 postes chez les pompiers, la police et les enseignants, pour « prendre en compte les résultats du modèle ».