Des fausses fake news circulaient librement sur BuzzBeed

La direction de BuzzBeed a fait savoir qu’elle entamait dès aujourd’hui une procédure de licenciement à l’encontre de son journaliste Jean Lenfoiret, qui avait rejoint l’équipe de rédaction de la compagnie dès ses premiers débuts.

En effet, le journaliste a été accusé de ne pas écrire de véritables fake news, ce qui a alarmé la direction qui craint pour son image de marque :

« Il s’agit d’une faute professionnelle grave, intolérable pour la direction de BuzzBeed. Jean Lenfoiret puisait ses articles dans l’actualité réelle, se contentant de leur donner un titre descriptif et surprenant pour rendre les supposés « fake » news plus crédibles. Le licenciement pour faute grave s’impose, c’est ce que feraient aussi CNN, France Inter ou CNBC dans une situation similaire, c’est dur de se séparer de l’un de nos principaux contributeurs, mais c’est nécessaire

Le cours en bourse de BuzzBeed a chuté de 24% immédiatement après l’annonce, à cause en outre de rumeurs que d’autres fake news pourraient s’avérer vraies, et que d’autres journalistes pourraient être en train de simplement relayer le quotidien des Français.

Mais comment ni la direction, ni ses collègues, ni même le public ne s’étaient aperçus que ce qu’ils lisaient en croyant être de saines fausses informations était en réalité des actualités de leur quotidien ?

« Des fois il faut dire que c’est tellement irréaliste. Cette photo du pape léchant les pieds d’un migrant, qui n’est même pas chrétien, n’a pas été baptisé… Qui aurait pu suspecter que ce n’était pas un montage ? » proteste sa collègue Gertrude Choufflard. « Quand on a revu la photo dans les autres médias on s’est dit qu’ils l’avaient simplement reprise de notre site, ce qui arrive souvent, entre fake news on s’emprunte des photos, montages… On n’avait pas manière de savoir… Mais nous, on écrit des vrais fake news comme tous les autres journalistes, il ne faut pas faire d’amalgame. »

C’est une protestation de l’Éducation nationale qui défendait point par point son programme suite à un article de l’accusé qui a mis la puce à l’oreille à la direction.

Un article de BuzzFeed (avec un F) qui faisait un debunking d’un article de Jean Lenfoiret sur le programme de Macron consistant à taxer les propriétaires le loyer qu’ils payent à eux-mêmes avait déjà attiré la suspicion de la direction, lorsque BuzzFeed (avec un F) avait fait les révélations suivantes:

« L’article parodique s’inspire [] d’une idée mise en avant par France stratégie, un think tank gouvernemental qui avait avancé la piste d’une taxation des propriétaires sur la valeur locative de leur logement. En effet, Jean Pisani-Ferry, qui est en charge du programme d’Emmanuel Macron, a été commissaire général de ce think tank.»

 

La direction explique:

« BuzzFeed, avec un F, une société qui tente de nous copier, avait enfin écrit un article précis, qui allait au fond des choses, et critiquait notre journalisme en montrant que Jean Lenfoiret avait effectivement dit la vérité. Mais Lenfoiret avait protesté de son innocence avec force à l’époque en mentionnant un ‘hasard’, et nous nous étions laissé convaincre à une ‘coïncidence’. Jean Lenfoiret disait avoir mis le nom du politicien le plus en vogue, Macron, comme proposant l’idée débile de taxer les loyers fictifs que les propriétaires ‘se versent à eux-mêmes’ en vivant dans leur propre appartement. Or BuzzFeed, avec un F, a montré dans son article que la personne qui avait proposé l’idée sous Hollande, directeur du think tank ‘France Strategy’, est effectivement la même personne responsable du programme économique de Macron. Lui dit qu’il ne savait rien de cela et s’était excusé ‘d’avoir vu juste par mégarde’.». L’article de Jean Lenfoiret sur les loyers fictifs réellement proposé par Macron est encore disponible ici.

Jean Lenfoiret compte désormais se consacrer entièrement à sa carrière d’écrivain.

« Mon éditeur me reverse 5% du prix de mes livres, qui ne sont vraiment pas chers. Donc si chaque Français accepte d’acheter plusieurs exemplaires de chacun de mes livres, j’aurais de quoi payer mon procès, car je compte attaquer BuzzBeed pour diffamation. Leur licenciement pour faute professionnelle m’empêchera de jamais retrouver ma place dans le journalisme. J’aspirais pourtant à être recruté par CNN. J’ai déjà réuni 15 euros grâce aux ventes de mes livres. Dans cette triste histoire j’ai en effet rapporté des informations vraies aux Français, sans le savoir, cela reste horrible pour un journaliste et j’en suis conscient, mais c’était totalement par hasard ! Avec l’actualité actuelle, il faut quand même réaliser que ca devient dur de faire des fake news, il faut tout vérifier.»

Pour soutenir Jean Lenfoiret si vous croyez qu’il dit la vérité quand il affirme n’avoir pas menti par hasard, voici ses titres déjà parus (40 centimes en Kindle) :

« Ils sont gentils les Allemands » : si vous pensez que l’Allemagne n’est pas un modèle

« Le bureau ou l’Admidiocratie » : si vous voulez lire quelque chose qui vous défoule de la journée au bureau

Titre à paraître (plus littéraires) :

– « A l’ombre des Vieux »

– « Le son des Gros »