ISIS n’a rien inventé

Des découvertes archéologiques récentes montrent que les crimes et le terrorisme trop rapidement interprétés comme les corollaires d’une religion spécifique étaient en réalité le fait des Occidentaux, et ce, trois millénaires avant même l’apparition de l’Islam.

« Accuser encore l’Islam après une telle évidence est faire preuve de démence » conclut Ashrim El Kabir, professeur émérite de l’Université Paris 8 et du Conservatoire des Arts et Métier.

Ainsi on peut voir sur la gravure de ce vase un prisonnier turc, les mains liées dans le dos à la manière des prisonniers d’ISIS, se faire sauvagement exécuter de la même façon : au poignard. Les vidéos YouTube n’existant pas à l’époque, les terroristes firent graver cela sur un vase, vase qui a été retrouvé en Italie la semaine dernière.

L’exécuteur sans pitié n’est autre que le célébrissime Achille, pourtant glorifié par les médias occidentaux, comme dans le film Troie, et la victime un innocent troyen du Moyen-Orient. Une remise en perspective bien nécessaire :

« On pensait que les horreurs et les crimes contre l’humanité ne commençaient qu’aux croisades » explique le professeur Emeritus. « On s’aperçoit que cela a commencé beaucoup plus tôt, avec la prise de Troie, citée musulmane située, on le rappelle, en Turquie. »