La mère de Rachide, le détenu qui lançait son caca sur les surveillants, porte plainte contre l’Etat

Rejeté, stigmatisé, considéré comme «le détenu le plus ingérable de France», cet homme condamné en 1996 à trois ans de prison pour le braquage raté d’une station-service n’a jamais retrouvé sa liberté. En révolte face à l’arbitraire carcéral, il a accumulé les peines pour des infractions commises derrière les barreaux. Notamment le lancer de caca sur les surveillants. Sa libération est prévue en 2039.

De son côté, la mère de Rachide Boubala n’entend pas laisser les choses se passer comme ça. D’après elle, c’est la République qui est responsable des problèmes de son fils :

« Mon fils a eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, et il a fini en prison. Maintenant, il est en rébellion contre le système carcéral, parce que mon fils a toujours été quelqu’un qui ne supporte pas les injustices ! Je le soutiens à 300%. C’est la faute de l’éducation nationale ! »

Interrogée sur l’utilisation par son fils de la matière fécale comme projectile pour agresser hygiéniquement des surveillants, elle laisse son avocat répondre :

« Le fils de ma cliente ne sait juste pas exprimer sa colère, il a recours à l’utilisation d’excréments pour communiquer avec son entourage et exprimer ses sautes d’humeur. C’est bel et bien la faute de l’Education Nationale qui n’a pas réussi à sortir son fils du stade fécal, dans lequel il est enfermé depuis son enfance, privé de vie d’adulte. »

La mère de Rachide a tenu à manifester son plus grand mécontentement contre cette éducation nationale « qui ne fait pas son travail d’éducation« .

Source