Macron défend son absence de programme

Emmanuel Macron, notre futur président, a défendu son idée « novatrice » de n’avoir pas de programme :

« Je suis un homme public. Un homme public, c’est un homme qui promet une chose puis son contraire, qui dit quelque chose puis son opposé. Écrire un programme, c’est mentir à son électorat. Moi, je préfère être moi-même, et tant pis si mes adversaires ne comprennent pas que j’ai une longueur d’avance. Si je n’ai pas de programme, on ne me reprochera pas de ne pas le tenir. »

Monsieur Macron a d’ailleurs pris un exemple pour illustrer sa pensée :

« Regardez la colonisation. C’est le pire des crimes contre l’humanité – l’holocauste et l’extermination programmée des Juifs pourtant intégrés dans la société allemande au XXe siècle en pâlit. Cela, je l’ai déjà affirmé, et en Algérie, en plus. Les Algériens sont d’accord avec moi. Eh bien, je peux dire aussi que la colonisation a été une chance pour l’humanité entière, puisqu’elle a apporté la science et la médecine dans les endroits les plus reculés. Maintenant, les fascistes français voteront aussi pour moi, et se détourneront des partis d’extrême droite et de leurs idées nauséabondes. »