Rognes (13) : elle élevait et rasait des chats de gouttière pour les vendre comme des chats sphynx

La SPA a démantelé ce samedi un élevage clandestin de faux chats sphynx dans la commune de Rognes (Bouches-du-Rhône). Depuis 2011, Stéphanie L., 48 ans, volait des chats et les élevait dans sa propriété pour les revendre au prix fort, une fois rasés, à des amateurs de chats sphynx.

Une arnaque bien rodée

Les « chats sphynx » étaient vendus entre 1500 et 3000 euros à des particuliers persuadés de faire une affaire. Stéphanie fournissait en effet un certificat vétérinaire plus vrai que nature ainsi qu’une fausse attestation d’inscription au registre LOOF. 15 jours avant la vente, les chats étaient affamés pour que leur peau soit bien plissée, et ils étaient rasés quotidiennement pour un résultat parfaitement lisse.

Depuis 2011, de nombreux particuliers lésés avaient signalé l’arnaque aux services vétérinaires et de nombreuses plaintes avaient été déposées un peu partout en France. Les enquêteurs ont mis 6 ans à retrouver la trace de la mystérieuse « Dame à la tondeuse », qui livrait des chats par centaines aux quatre coins de la France, changeant d’identité à chaque fois sur Leboncoin.fr et disparaissant dans la nature avant que les poils ne repoussent.

C’est finalement lors d’un banal contrôle routier que les gendarmes de Rognes ont identifié la « Dame à la tondeuse ». Interpellée pour un simple excès de vitesse, Stéphanie cachait 27 chats terrorisés dans sa remorque. Les gendarmes ont immédiatement fait le lien avec une récente vague de signalements de disparitions de chats dans la commune et alentours.

Une opération spectaculaire de démantèlement

Si Stéphanie est rapidement passée aux aveux lors de sa garde à vue, le démantèlement de l’élevage n’a pas été une mince affaire. Gendarmes, pompiers, vétérinaires et bénévoles de la SPA ont travaillé main dans la main durant 11h pour récupérer tous les chats de la propriété. Près de 130 chats vivants et 375 chats morts ont été découverts.

Quant à l’éleveuse, elle est poursuivie pour fraude, faux en écritures et pour maltraitance animale. Selon Véronique Bergez, présidente de la SPA des Bouches-du-Rhône, Stéphanie « fait partie de ces tortionnaires persuadés d’être des bienfaiteurs pour les animaux ». En effet, lors de sa garde à vue, l’éleveuse s’est dite « scandalisée » qu’on lui « vole ses bébés ». « Chaque année, ajoute Véronique Bergez, nous sommes aux prises avec des bourreaux persuadés que leur élevage est une arche de Noé alors qu’il s’agit de vraies porcheries où les animaux s’entassent, se reproduisent de manière anarchique et s’entretetuent. Nous espérons que cette irresponsable recevra une sanction exemplaire.«