Salah Abdeslam inquiet des bons sondages de Marine Le Pen

Nous l’avons rencontré à la prison de Fleury-Mérogis, où il nous a reçu dans sa cellule autour d’un thé à la menthe.
« Je ne comprends pas cette colère des Français » nous confie-t-il. Extraits.

« C’est vrai qu’on a massacré quelques kouffars mais un peu de tolérance par pitié : on a eu une enfance difficile quand-même !
C’est à croire que les gens ne lisent plus Mediapart… »

« Je suis très pessimiste pour la suite. Si la France met à sa tête un pouvoir Front National j’ai de fortes de chances d’écoper de la prison à vie, voire même de la peine de mort.
Alors qu’avec un deuxième quinquennat socialiste j’ose espérer une remise en liberté d’ici quelques années, je pense même devenir entrepreneur et monter ma boîte, une agence de spectacles dans l’événementiel. »

« J’apporte donc mon soutien à la candidature d’Emmanuel Macron, qui est selon moi le plus apte à protéger le pays contre la menace obscurantiste d’extrême droite.
Maintenant je vais vous laisser, je vais retourner jouer à Zelda : Breath of the Wild dans ma salle de jeux. »