Les smileys sur Al Jazeera pendant les attentats « mal interprétés »

Le Président d’Al Jazeera,  Yasser Abu Hilala, a ce matin daigné répondre, depuis son bureau au Qatar, aux accusations nauséabondes d’extrémistes pro-FN jusqu’en-boutistes concernant les nombreux smileys, thumbs up et sourire qui ont défilés sur sa vidéo en direct, hier soir, alors que l’on comptait le nombre des victimes de ce nouvel attentat à Londres, qui contrairement aux 21 tentatives précédentes n’a pas pu être déjoué par des services secrets britanniques, incompétents et désireux de laisser la population musulmane d’Angleterre se faire fustiger pour quelque chose qu’ils sont quand même censés stopper.

« Il ne faut pas en tirer des conclusions hâtives [NDR : des 87 524 624 smiley souriants en vingt minutes]. La plupart de nos spectateurs en ligne n’ont pas une très grande maîtrise de l’outil informatique. Ils voulaient sans doute mettre des smileys qui pleurent, mais n’ont pas cliqué au même endroit. Si l’Europe veut verser des fonds pour favoriser l’apprentissage informatique dans les pays du Magreh, nos actionnaires [NDR le Qatar] se chargeront de les redistribuer, ce sera une réponse plus constructive que de tomber dans les amalgames.

En outre, une autre partie a sans doute mis des smileys pour féliciter nos journalistes de la qualité du reportage. Pas pour faire l’apologie du terrorisme, que tous les vrais musulmans rejettent en bloc silencieusement [NDR : aucune marche musulmane contre le terrorisme].

Enfin, juste 4 petits morts occidentaux et 20 petits blessés, c’est un bilan plutôt faible, on est très loin des résultats de Paris et de Nice, ainsi les musulmans qui aiment la chaine Al Jazzera en ligne étaient sans l’ombre d’un doute positivement surpris, et rassurés, qu’il n’y ait pas plus de morts parmi ces chiens de chrétiens et d’apostats, et du coup, ils ont mis un smiley. »

De petits smileys de joies vite diabolisés par l'extrême-droite en France
De petits smileys de joies vite diabolisés par l’extrême-droite en France

Le propriétaire d’Al Jazeera, le Sheikh Hamad bin Thamer Al Thani, a quant à lui, vient de déplorer publiquement : « la récupération par les extrémistes d’une simple manifestation de bonne humeur sur une vidéo YouTube. Mais on le leur fera payer, à ces sales infidèles.»