Un violeur à la matraque en liberté

Nous tenons alerter tous nos lecteurs qu’un dangereux criminel, un individu masqué en possession d’une matraque télescopique noire, circule en ce moment même en toute liberté dans les alentours de la banlieue parisienne. Son véhicule n’a pas été identifié, mais il semblerait que ce pervers sexuel aurait pour victime de prédilections  les jeunes des cités de sexe masculin, d’origine africaine ou magrébine, entre 18 et 40 ans.

Notre envoyé spécial explique :

« On voit qu’on a affaire à un véritable détraqué, car les victimes de viols ordinaires sont plutôt tout le contraire des victimes de ce danger pour la société. S’en prendre aux hommes dans la force de l’âge, et dans la classe qui constitue normalement 90% des violeurs, est peut-être la nouvelle perversion des détraqués mentaux en France. »

Pour la police, il s’agirait d’un individu agissant seul, bien qu’on ne puisse pas en être certain, vu le nombre impressionnant de plaintes déjà déposées. Mohamed-Abdel-Alli témoigne :

« J’me suis réveillé, le cul plein d’sang, c’est pas possible que j’m suis dit, c’est forcément la police, forcément, car personne il m’a touché j’ai pas d’copine ya que Momo et Ayoub mais c’est comme mes frères, eux, ils m’enculeraient jamais quand j’le suis pas conscient et en plus là ça fait vraiment mal, ça doit être une matraque télescopique qu’on m’a mis, comme à Théo, ces sales fils de putes de ta race ! »

Le violeur serait donc déguisé en policier. D’autres victimes l’ont vu partir dans un véhicule qui ressemblait aussi à celui de la police. Elles n’ont pas pu en relever la plaque d’immatriculation, ne « sachant pas les lettres de ta sale pute de race de gaulois de merde ». Il n’empêche que l’utilisation d’une telle arme est machiavélique, et qu’en s’en prenant aux hommes des cités dans la force de l’âge, le violeur fait vraiment preuve d’une couardise  indescriptible, puisqu’il vise les minorités.

Espérons que les enquêteurs sauront attraper le criminel, dans cette lutte contre des viols de type nouveau à laquelle ils ne sont pas habitués.